Ulmus Parvifolia, famille des Ulmacées

Carte d’identité

Originaire de Corée, de Chine et du Japon. Il appartient à la famille des Ulmacées. Il atteint une hauteur de 20 m. Son feuillage peut être caduque à persistant selon les conditions de conservation. Les feuilles sont petites,, vert foncé et luisantes sur le dessus, claires et mattes dessous. Lorsqu’elles tombent, elles le font au début ou en plein hiver. En bonne santé, il porte, à la fin de l’automne, des fleurs hermaphrodites qui fécondées donnent des fruits, les samares de forme elliptiques, qui n’ont que peu de chances de mûrir sous notre climat.

Forme dans la nature

C’est un arbre au tronc élancé et à la cime arrondie. Les feuilles restent naturellement petites (parvifolia), les rameaux grossissent peu et les racines restent flexibles. Son écorce est grise, lisse ou rugueuse selon les conditions climatiques de son habitat, Le feuillage vert brillant vire au rouge lorsqu’il fait son automne.

Forme en Bonsaï

Ses caractéristiques naturelles le prédestinent presque au bonsaï. Feuilles petites à très petites, rameaux fins, il se prête particulièrement à la forme Hokidashi (en balai) et ses racines souples le prédestine à la plantation lshitsuki (sur roche) Les feuilles minuscules feront parfaitement illusion sur l’arbre si vous lui conservez une ramification très fine. Il se prête bien à tous les styles et toutes les tailles selon votre budget.

Petites astuces esthétiques

Eviter une triangulation trop parfaite. Les branches basses seront à l’horizontale à peine inclinées vers le bas. Les plateaux s’aminciront vers l’extrémité des branches, bombés et les extrémités seront arrondies. Pas de branches cascade pas de bois mort ni de tronc creusé sauf sur les très vieux et grands sujets. La cime sera impérativement arrondie.

Emplacement

Pleine lumière et plein soleil ; surveillez 1’humidité du sol. Il ne craint pas un léger courant d’air et il l’apprécie même sans exagération. il faut protéger les racines des grosses gelées.

Arrosage

Adapter votre arrosage aux circonstances à la saison. (forte chaleur, grand froid, vent) De toute façon arroser abondamment pendant la période de croissance, de mi-mars à fin septembre. Évitez de laisser se dessécher complètement la motte en période de forte chaleur. Lorsqu’il a soif, l’orme de chine prévient, ses feuilles flétrissent légèrement puis pendent. Il est alors grand temps d’arroser. Évitez tout de même ce genre de situation.

Ligature

Un feuillu ne se ligature pas en principe, Il se forme uniquement par une taille sélective judicieuse. Cependant si c’était malgré tout nécessaire, poser le fil en juin et le laisser jusqu’à octobre. Attention, surveiller de près ou alors poser le fil de septembre à mi-mars, Veillez à ne pas détruire les bourgeons ou les jeunes pousses à l’enlèvement du fil.

Taille

De structure : à l’automne ou tout au début du printemps.
De formation : laisser sortir 4 à 5 feuilles puis rabattre sur 2.
Pinçage : laisser pousser 2 feuilles puis éliminer les bourgeons suivants.

Poterie

  • à la Chinoise, le pot sera vernissé et de couleur verte, avec une certaine liberté quant à la forme.
  • à la japonaise il sera brun ou gris, non vernissé à céladon, éventuellement blanc pour un beau Sho-in (délicat)

Sa forme et ses dimensions sont adaptées au style de l’arbre selon les règles classiques, évitez cependant les plateaux trop peu profonds.

Rempotage

Selon l’âge, la formation de l’arbre et le volume de terre, tous les deux à cinq ans, au printemps. Si vous constatez que le feuillage perd de sa densité ou qu’elle ne revient pas au printemps, ré-empotez jusque fin avril ou au plus tard au printemps suivant, (il faut alors fumer abondamment)

Terre

Akadama pur pour les sujets formés. Fumer en conséquence.
Mélange : 2/3 de terreau, 1/3 de sable/gravier à appauvrir en fonction de l’âge. Évitez un mélange trop drainant car l’orme de Chine apprécie une terre profonde.

Engrais

B.B.C. : selon le dosage du début du printemps jusque fin septembre, Optionnel en hiver, 1 à 2 fois par mois.
Chimique : progressif dès début mars, réduire de fin septembre à fin novembre. Occasionnel en hiver 1 fois par mois.
Organique: de début avril à fin octobre, réduire de mi-juin à mi-août.

Maladies et Parasites

Araignées rouges : insecticide adapté à large spectre.
Présence de “croûtes” noires sur les feuilles : tailler les malades.
Présence de “cloques” grises sur les feuilles qui dessèchent, puis tombent : pulvériser du fongicide à base de cuivre.

Avis

Superbe petit arbre se prêtant particulièrement bien au traitement “à la chinoise”. Sans doute le seul vrai “bonsaï d’intérieur” : Très robuste, il résiste au froid, à la sécheresse, au vent et à un excès d’humidité relatifs.
C’est un arbre plein de… charme.
Conservez-lui une ramification fine;
Lors des tailles n’oubliez pas l’intérieur de la ramure;
Si le feuillage montre des signes de sécheresse, plongez le pot 1/4 d’heure dans l’eau;
Si le feuillage montre des signes d’excès d’humidité, laissez sécher la terre et ôtez toutes les feuilles, à moins qu’il ne soit trop tard;
Je possède personnellement un spécimen qui passe l’année dehors de mi-mars à fin novembre. Lors des grands froids de cet hiver, il a été hébergé en serre froide, motte gelée à moins 7°C, près de la porte ouverte ou fermée au gré de jeunes enfants, il a déjà retrouvé sa place à extérieur. Il s’agit d’une plantation, sur roche (racine nue), planté sur plateau aved ± 2 cm de terre. Et pour tout vous dire, il se porte comme un Charme.

Taxus
Prunus