Le Jardin Bonsaï de Danny Use

Après quelques années d’activité dans son hobby, chaque amateur de bonsaï dispose dune collection plus ou moins importante de bonsaï. Il est alors temps de réfléchir comment cette collection peut être présentée au mieux, tout en s’assurant que cette présentation puisse contribuer à la santé botanique des bonsaï.

Je n’en suis pas à mon premier jardin bonsaï. C’est mon cinquième projet, et si la réalisation a été postposée pendant plusieurs années, ce n’est pas faute d’inspiration ou d’expérience, mais parce que l’aspect financier d’une telle entreprise ne doit pas être sous-estimée.

Dès que toutes les circonstances nécessaires étaient réunies, j’ai préféré débuter sur un terrain entièrement nu, ce qui est la meilleure façon pour éviter tout élément perturbateur. La première étape consistait à niveler le terrain et la structure de la surface. Pas besoin de plan, car j’avais eu assez de temps pour réfléchir au projet et à mémoriser jusqu’au moindre détail pour que le résultat soit parfait dès le début.

Les travaux ont été entamés avec l’aide d’un homme de métier, disposant d’une grande pelleteuse afin de donner de la structure au terrain plat. Il fallait absolument que l’entrée du jardin soit surélevé pour assurer une transition harmonieuse entre le jardin japonais attenant et le jardin bonsaï. L’eau de ruissellement doit pouvoir s’évacuer facilement en cas de forte pluie ce qui a demandé la création d’une pente douce vers l’arrière du jardin où une rivière sèche peut récolter l’eau superflue et la diriger vers un petit étang situé derrière le jardin. (photo 1).

Après les travaux de terrassement, les abords du jardin étaient entamés. Des arbres à haute tige et des plantes âgées que j’avais collectionnés au fil du temps – certains grands érables (Acers) font déjà partie de ma collection depuis plus de 15 ans. – ont été plantés autour du jardin dans le but:

1. de créer de l’ombre dans une petite partie du jardin
2. d’atténuer l’effet du vent
3. d’augmenter l’humidité ambiante en été par l’apport de beaucoup de verdure.

Sur le plan esthétique, j’ai opté pour une concentration de couleurs printanières et automnales d’un côté du jardin avec de nombreux acers et quelques carpinus. En face, priorité à de grands ginkgo bilobas, assurant à la fois un lien au nom de l’entreprise et des couleurs spectaculaires en automne et en été – en combinaison avec l’écran de fond des arbres. A l’arrière du jardin l’essentiel des plantations est constitué d’arbres de parc: Pinus Austriaka, Pinus Strobus, Ilex Crenata, Pinus Parviflora et un peu de couleurs avec des Ginkgo Biloba et Acer Palmatum Deshoyo. L’ensemble accentue le caractère japonais de l’environnement.

Un mur d’enceinte relativement bas était ensuite construit afin de me permettre d’apprécier le moment ou sa hauteur serait suffisante. Le but était d’utiliser le mur comme clôture et fond, mais sans cacher totalement le jardin attenant.

Des lignes rigoureuses ont été utilisées pour le jardin, dans le plus pur style japonais. On retrouve aussi la sobriété de ces lignes dans la finition supérieure du mur. La couleur utilisée pour le mur devait être douce et claire pour garantir un bon fond. Le blanc était exclu. Restait alors le jaune ou le gris et c’est finalement un mélangé de ces deux dernières couleurs qui a été utilisé.

Pour permettre un transport aisé des bonsaï, les chemins ont été pavés avec de grandes dalles de ciment. Les tables d’exposition ont une hauteur de 60 cm: une hauteur idéale pour travailler aux arbres, mais aussi afin de pouvoir les observer facilement par dessus (des arbres présentés à hauteur des yeux sont difficiles à inspecter journellement). La présentation a également été choisie sur un mode typiquement japonais; les arbres bien rapprochés, ce qui fait que la couronne d’un arbre donne de l’ombre au pot de son voisin, ce qui favorise également l’humidité de l’air ambiant.

Le pourtour était réalisé à l’aide de stands individuels pour bonsaï de très grande taille; une bordure en granit assurait ici la même ligne rigoureuse.

La couleur du gravier au sol est en  harmonie avec la couleur du mur. Les plantations du jardin ont été maintenues très basses, à l’exception d’un taxus en forme d’arbre de parc. Dans l’ensemble, ces plantations ont deux fonctions, à savoir, l’habillement du jardin et l’humidité ambiante.

Le côté opposé le long du mur est bordée de 3 tables d’eau. 


Photo 1: la porte d’entrée du jardin

La porte d’entrée (photo 1) est en bois de cèdre et est entourée d’un arbre de bienvenue (un arbre avec une longue branche restant juste en dessous du toit de porte).

Sous la porte, le sentier d’entrée présente un motif structuré de galets bleus et dalles de granit.

Le jardin tout entier est réalisé de façon simple et rigoureuse (photo 2); ce sont les bonsai qui doivent créer l’aspect général, car un amoncellement d’ornements non fonctionnels ne feraient que distraire inutilement le visiteur. Le jardin se veur avant tout un environnement sain pour les bonsaï qui restent bien accessibles pour l’arrosage et les soins grâce à son design sobre et fonctionnel. J’ai choisi pour un ensoleillement maximal et une protection mutuelle par les bonsaï eux-mêmes.


Photo 2: des lignes rigoueuses…

J’espère avoir amené de l’inspiration à de nombreux bonsaïstes pour qu’ils puissent à leur tour présenter leurs arbres de façon sobre et pratique, tout en maintenant un ensemble agréable à observer.

Nutrition pour Bonsaï
Juniperus Chinensis ‘Yamadori’