Soignez vos Bonsaï

Cette série de photos illustre les manipulations nécessaires pour créer un bonsaï à partir d’une plante d’appartement. Un Schefflera Variegata a été choisi pour son excellente tolérance à la sécheresse et à la chaleur. C’est également une espèce facile pour apprendre à ligature et pour d’autres techniques élémentaires du bonsaï.

La plante de départ : elle fait environ 150 cm de haut et est tenue bien droite par un tuteur.

Première opération : le tuteur est enlevé et les 2/3 supérieurs du Schefflera sont coupés avec une pince concave.

Avis aux amateurs : la tête ainsi coupée peut assez facilement être bouturée pour faire une nouvelle plante!

Le tronc est ligaturé avec de fil d’aluminium de 5mm.

Comme le tronc a un diamètre de + de 2 cm, un double fil sera finalement nécessaire pour pouvoir le plier dans la position voulue.

Et on enlève toutes les feuilles! Elles repousseront d’ici quelques semaines, plus petites et en incitant l’arbre à faire des ramifications.

Qui a dit que les bonsaïstes du monde occidental font des bonsaï trop touffus?

La dernière opération consiste à plier délicatement le tronc pour lui donner une forme de “S”.

Dans quelques mois, il aura pris sa forme de base et les fils seront enlevés.

1 mois plus tard…

La plante a été rempotée dans un pot plus grand, en prenant soin de mieux étaler les racines et les premiers bourgeons sortent.

Après 3 mois…

Les nouvelles feuilles poussent rapidement et les premières ramifications apparaissent.

La cime s’est desséchée sur 2 internodes, mais ce phénomène avait été pris en considération lors de la première coupe de tête. Cette partie sera transformée en “jin” ultérieurement.

Jins, Shari ou Shari-miki
Formation d’un pré-bonsaï à partir d’un arbre de pépinière